Le Biochimiste Nouvelles scientifiques

Des virus jouent aux poupées russes

En investigant la possible cause d’une kératite (inflammation de la cornée), un groupe de chercheurs français dirigé par le professeur Didier Raoult (Unité de Recherche sur les Maladies Infectieuses et Tropicales Emergentes, Centre National de Recherche Scientifique – Marseille) a découvert la présence d’une amibe infectée par un virus géant dans du liquide servant à nettoyer les verres de contact. Ils l’ont baptisé le virus Lentille (on ne se complique pas la vie en taxonomie).

En poussant plus loin leurs recherches, ils ont découvert un virophage infectant le virus Lentille , qu’ils ont nommé Spoutnik 2. Et la saga va même plus loin: le groupe du professeur Raoult a aussi identifié des fragments d’ADN d’origine virale, appelés transpovirons, qui sont capables de s’intégrer au génome de virus tels Lentille et Spoutnik 2. Cette découverte démontre le degré de complexité du monde biologique qui nous entoure.

Un autre bon exemple, publié l’an dernier dans la revue Science, a permis d’expliquer la pathogénicité de Leishmania (Vianna) guyanensis, une espèce de Leishmania causant la forme mucocutanée du parasite. Ainsi, la présence d’un virus à ARN, LRV1 (pour Leishmania RNA virus 1) à l’intérieur du parasite cause une hyperinflammation chez l’hôte d’où découle la formation de lésions métastatiques au niveaux des muqueuses du visage. Cette forme de leishmaniose constitue un grave problème en Amérique du Sud.


Références

(via The Scientist)